Elise Titane

Quotidien d'une prof d'école, pas seulement à l'école.

05 août 2009

Ecrire, écrire, écrire - écrire un roman, pourquoi, comment

Mes personnages étaient trop insistants : ils sont récemment revenus à la charge. De vous à moi, je pense qu'ils ont éhontément profité de la fatigue nerveuse des dernières semaines de classe pour se faufiler dans mes journées.
Sous la pression, j'ai bien dû m'incliner : je suis revenue à mon roman la chose informe et chaotique qui aimerait bien devenir un roman. Je modifie tout, je chamboule tout, mes personnages ont complètement changé d'avis et ne veulent plus du tout les mêmes choses qu'avant.
Il faut dire qu'ils ont mûri depuis novembre. Ils ont d'autres façons d'agir, leurs qualités et défauts se sont affinés avec le temps, et du coup, rien ne va plus.
Je ne sais pas ce que ça va donner mais c'est prenant.

Si un jour votre vie vous paraît morne et sans intérêt, lancez-vous dans l'écriture d'un roman : ça change tout. C'est vite fait, de se créer quelques personnages - allons, avouez, je suis sûre que vous en avez un ou deux en tête : en général ils ressemblent à des personnes de la vraie vie, mais en "édulcoré". Plus manichéens, ou au alors beaucoup plus tordus et névrosés.
plumes pour profs et fonctionnaires C'est vite fait aussi, d'imaginer une rencontre, une interaction fortuite, un incident, un désaccord, ou un événement soudain qui les met en contact.
Peut-être même... Sûrement, allez... Peut-être que vous avez une idée de scénario, une petite histoire ou une longue saga, qui macère en vous secrètement depuis vos plus tendres années. Et le casting qui va avec. Et si vous alliez faire un tour du côté de chez Swann de ces beaux souvenirs, verser quelques gouttes de sang neuf et raviver tout ce beau monde? Après toutes ces années, que sont vos personnages devenus? En y réfléchissant, votre petite intrigue minable pourrait très bien être la base d'un best-seller prochain.

A partir du moment où vous prenez le risque d'y croire, votre vie prend une épaisseur de plus, un peu comme la doublure dans un vêtement réversible.
Chaque moment de solitude se peuple de personnages en mouvement, qui font et refont dix fois la même scène, mais avec quelques variations à chaque fois.
Désormais, chaque anecdote racontée par vos amis ou voisins, chaque conversation entendue au hasard dans les transports en commun ou dans une file d'attente, devient un ingrédient possible de votre prochain chapitre.
Chaque titre de livre ou de film vous donne une nouvelle idée. Chaque paysage rencontré, chaque objet inhabituel, vous inspire une discussion, ou le tournant d'une relation.
Vous vous mettez à ouvrir l'œil et l'oreille.
Vous devenez complètement perméable à tout ce qui auparavant ne faisait pas partie de votre vie. Vous devenez collant, un peu comme un pot de miel. Vous accrochez tout ce qui passe. Et le pire c'est que souvent ça se décroche presque aussitôt, juste le temps d'apprécier l'idée et de commencer à y travailler : si vous ne la notez pas, c'est perdu à tout jamais. Et vous vous en voulez de ne pas avoir commencé à écrire le passage voulu dès que l'idée s'est présentée. Mais bon, ce jour-là il fallait préparer l'évaluation de grammaire.

Imagination, création, et frustration.
Et on n'en sort jamais. Ou alors peut-être une fois que le livre est complètement écrit, imprimé, édité? Même pas, peut-être que les personnages viennent vous hanter ensuite pour vous dire qu'ils ne sont pas d'accord avec leur fin ou avec leur sort.

Sur le site de NanoWriMo, j'avais trouvé cette comparaison très parlante : donner vie à des personnages, c'est comme donner des pierres à un gamin.
Un gros bazar en vue, rien de contrôlable.
Mais ça pimente le quotidien comme on n'imagine pas.

 

Si j'avais su...

A tout hasard, voici quelques trucs que j'aurais aimé savoir ou lire avant de me lancer avec détermination, ambition et trop peu de réflexion dans cette irréversible aventure.

bulletblogJ'aurais aimé qu'on me parle de NaNoWriMo bien plus tôt. Vous faites quoi de vos nuits, en novembre?

bulletblogJ'aurais aimé lire le blog Storyfix il y a un an, ou plus. (Le blog qui répare les histoires). A lire notamment en ce moment une série de posts sur la structure du roman. Un peu comme le schéma quinaire, mais en quatre parties, et avec quelques conseils qui valent la peine de lire en anglais même si on n'aime pas ça.

bulletblogJ'aurais lu l'article Comment écrire un fichtrement bon roman, de Russell James (apprécier au passage les commentaires sur les profs d'écoles et les rédacs). C'est le lien vers une version française. Un deuxième article sur comment certains ont fait pour en écrire un : P. Highsmith, R. Chandler, J. Steinbeck, P.D. James, ...

bulletblogJ'aurais écrit un peu tous les jours. Un blog, des petits exercices, des poèmes en prose, des groupes d'écriture créative en ligne où en plus on vous donne des impressions sur vos textes (il y en a pas mal, je vous laisse chercher). Quitte à utiliser Write or Die, le programme en ligne qui vous force à sortir de votre cerveau des diamants bruts trucs bizarres dont vous ne soupçonniez même pas l'existence.

bulletblogJ'aurais lu un peu plus, mais pas nécessairement les auteurs classiques ou les best-sellers : un conseil qui vaut de l'or, c'est de lire aussi, exprès, de la mauvaise littérature. A ce sujet j'ai relu tout récemment des passages du premier roman de quelqu'un que je connais personnellement, mais dont je tairai le nom, et vraiment ça aide. Et puis ça réconforte : si lui a trouvé un éditeur, pourquoi pas moi?

bulletblogJ'aurais un peu avancé mon roman en juillet : il reste jusqu'au 30 septembre pour participer au Prix Bartleby qui récompense le meilleur roman inachevé.
A bon entendeur...

Gribouillé par titane à 18:59 - je raconte ma vie - 12 commentaires / contributions - Url [#]
Mots-clé associés: , , ,
Et si t'as des amis qui touitent ou qui fessent les boucs, tu peux partager la bonne parole. Ou créer un beuze.

Commentaires, questions et autres participations

    Un conseil : ne feuillette pas "le dictionnaire des clichés littéraires" : impossible d'écrire quoique ce soit après! Enfin, lis le après avoir fini d'écrire parce que malgré tout, il vaut le coup!

    Griffonné par Etoiledesneiges, 05 août 2009 à 23:14
  • J'aimerais bien lire le résultat.
    Merci pour tous ces liens, ça me fait plein de lecture en perspective ! Je n'en connaissais aucun, ça a l'air très intéressant, tout ça.
    (Et sinon, tout à fait d'accord avec Etoiledesneiges, ce dico est génial, mais on se pose des questions sur la moindre expression, la moindre association de mots qu'on emploie, après l'avoir lu...)

    Griffonné par Les piles, 06 août 2009 à 16:11
  • c'est une saine motivation^^

    Mais finalement je sais un peu ce que tu ressens ...Fut un temps je m'étais lancé dans un projet dément avec un ami ... écrire un livret d'opéra et lui composerait la musique...
    J'ai du écrire une quinzaine de scénarii différents... puis un m'a accroché et je me suis lancée dans la conception du livret (j'en ai fait la moitié) et ça devenait une obsession^^

    Au final c'est une très belle expérience avec les mots...

    Griffonné par LD, 07 août 2009 à 11:36
  • quel boulot!

    felicitation pour ce beau projet!
    perso j'ai toujours écrit et ai eu des envies de publications mais c'était toujours de récits de vie perso, un livre sur la ferme de ma grand mère(ils l'on vendu j'avais 17 ans et je ne m'en suis toujours pas remise!) un autre sur mon parcours bb,les deux ont (j'ose le terme) avorté et récemment et celui ci va être bientot edité sur un projet de classe. par contre j'ai du mal (paresse) à travailler mon écriture alors j'admire ceux qui écrivent plusieurs heures par jour, les grands auteurs sont ceux qui bossent sans relache leur texte, les hugo and co n'ont pas écrit leur chef d'oeuvre en claquant des doigts!
    alors bravo et au plaisir de te lire un jour!

    Griffonné par sophieb, 07 août 2009 à 14:30
  • LD - j'suis bien d'accord, tout est dans l'expérience avec les mots! Même si je ne finis jamais, ça aura valu la peine de tenter cette grande aventure.

    sophieb, les piles - c'est pas nouveau comme projet.
    J'en parlais déjà en novembre dernier dans ce message :
    http://elisetitane.canalblog.com/archives/2008/10/30/11106317.html
    Comme plus ou moins expliqué ici c'est un truc qui remonte à longtemps et qui en plus change sans arrêt, donc pour ce qui est de lire le produit fini, ce n'est pas demain la veille.

    Etoiledesneiges, les piles - merci pour la piste, maintenant je vais essayer de trouver ce fameux livre et de ne surtout pas l'ouvrir ^^
    Sérieux, je ne connais pas et ça ne me dit rien, deux bonnes raisons de chercher plus d'infos.

    Griffonné par titane, 08 août 2009 à 01:21
  • Titane, je l'ai le livre chez moi, je te le prêterai si tu veux.

    A ton avis, est-ce qu'un auteur peut en arriver à détester son personnage principal au point d'avoir envie de le détruire? C'est la question que je me pose après avoir lu "Les charmes discrets de la vie conjugale" de Douglas Kennedy... La perso principale mène une petite vie tranquille, il lui arrive une petite péripétie, puis 30 ans après, BAM! Tout qui lui explose à la figure, et pas qu'un peu!!! A tel point que je me suis demandé ce que cette pauvre femme avait pu faire à l'auteur...

    Attention, spoiler :

    Bon, c'est américain, donc happy end (a-t-il eu des scrupules au moment de l'achever complètement?) mais quand même, il y est allé un peu fort...

    Griffonné par Etoiledesneiges, 09 août 2009 à 14:44
  • C'est sympa de proposer, je crois que si je peux y jeter un coup d'oeil ça suffira : pas envie de me déprimer/décourager complètement non plus, déjà que j'ai du mal à aligner trois phrases en une semaine.

    Ca a l'air sympa comme bouquin le livre de D. Kennedy...
    Si tu me demandes mon avis, des fois je déteste mes personnages mais surtout parce que je n'arrive pas à leur faire faire ce que j'avais prévu. Sinon je les aime beaucoup, c'est mes petites créatures à moi.
    J'imagine qu'un écrivain qui a envie de raconter une histoire terrible avec un personnage principal qui doit payer très cher quelque chose qu'il a fait, va donner à ce personnage des caractéristiques particulières peut-être au début ce sera le portrait de quelqu'un qu'il déteste (par exemple sa mère), et au fur et à mesure des trucs affreux qui arrivent, il va finir par le faire se transformer en la personne que, en réalité, l'auteur aurait voulu avoir comme mère. Enfin c'est de la psychologie à deux euros tout ça.
    J'aime bien les livres où les auteurs osent détruire des choses patiemment construites. Ceux qui tuent beaucoup de leurs personnages après les avoir rendus attachants, ceux qui détruisent des maisons ou des villes après les avoir dépeintes patiemment. Je trouve ça courageux de le faire. Moi j'ai tellement de mal à imaginer les lieux, les personnes, les plans des maisons où il se passe quelque chose, l'enfance et la personnalité d'un personnage, que l'idée même de faire mourir le personnage, ou de faire détruire la maison dans un incendie par exemple, je n'en ai pas le courage. Je m'attache trop à mes créatures je crois.

    Si jamais il y avait des livres que j'ai que je peux te passer... Mais je ne sais pas bien ce que tu aimes.

    Griffonné par titane, 09 août 2009 à 14:55
  • Voilà les vacances loin de chez moi sont finies et je reprends contact avec ton blog.
    Je viens de lire les messages de l'été et je viens mettre.
    A propos du mot en "R" que tu as osé prononcé, je dois confesser que moi j'ai fais pire ... je suis allée jusqu'à mon école voir si ma commande de rentrée était arrivée et par la même occasion j'ai ramené quelques bouquins ... je crois que je suis irrattrapable.
    Du coup revenue chez moi je me suis dis qu'il était quand même encore un peu tôt pour s'y remettre (à peine rentrée et déjà je reprocrastine) ... je suis donc allée chez mon papa qui est un grand fan de SF et qui voulais informatiser sa liste de livres. J'ai donc passé 4 jours la tête dans des univers divers et grâce au logiciel bookin j'ai répertorié les 684 livres de mon papa, il en manque une vingtaine emprunté par ci par là. Et je reviens encore chez moi les bagage chargé de Robert Silverberg, d' Orson Scott Gard et de quelques Frank Herbert édition de 1973 que je n'avais pas lu (merci papa pour tous ces trésors)...
    Enfin voilà j'ai de quoi repousser encore de quelques jours l'idée de me remettre à mes programations et autres progressions... AH LA LA procrastination quand tu nous tiens.

    Griffonné par chamayou, 14 août 2009 à 09:04
  • chamayou, non c'est pas de la SF, même si j'adore ça. Je vais supprimer les doublons quand j'en aurai marre de procrastiner.
    Silverberg je ne connais pas, ni Orson Scott machin : et zou, deux auteurs de plus dans la liste "à lire un jour"!

    Griffonné par titane, 14 août 2009 à 16:25
  • Je n'ai jamais eu l'intention d'écrire un roman, je crois que je n'ai pas la discipline nécessaire pour ça. Par contre, j'aime écrire depuis longtemps et le blog est parfait pour ça...

    Griffonné par ange-etrange, 16 août 2009 à 17:51
  • Discipline? Moi non plus je n'en ai pas, ou alors très peu, mais ça ne m'empêche pas de vivre l'expérience avec beaucoup de plaisir (en général).

    Oui, écrire un blog c'est une super façon d'écrire. Et en plus on a des lecteurs tout de suite!

    Griffonné par titane, 17 août 2009 à 21:58
  • Dur dur d'etre un auteur et surtout d'avoir confiance dans ces écrits, car entre bons et mauvais romans,au final, il y a le narcissicisme de l'écrivain mais aussi beaucoup trop de subjectivité. Allez Titane, on ne baisse pas les bras.. quand on voit parfois ce que l'on publie ... ave cun peu de structure et de verve réthorique, tu nous en feras un bien joli de roman, c'est certain

    Griffonné par rebecca, 07 mai 2014 à 17:41

Griffonner un commentaire, poser une question, nourrir mon blog