Elise Titane

Quotidien d'une prof d'école, pas seulement à l'école.

09 juin 2008

Poste fractionné 2 : quand on travaille en nomade

Alors voilà, je continue à m'adresser à toi, lecteur potentiellement fractionné pour l'année à venir.

 

Quand tu dois partager ton temps entre quatre classes, tu n'as pas ta classe, pas ton bureau, pas de rangement pour stocker le manuel d'histoire d'une semaine à l'autre ou la méthode d'anglais...

Donc tu dois tout avoir sans arrêt avec toi. D'autant plus que tu t'es arrangé(e) pour utiliser le même manuel d'histoire dans deux classes, la même méthode d'anglais dans trois des quatre classes... Donc il faut bien remporter tes exemplaires avec toi le soir.

Pas ta classe, ça veut dire aussi ne pas pouvoir stocker dans la classe les évaluations pour les corriger un jour où tu auras le temps, ou juste pour les stocker une fois corrigées. Donc tu les remportes chez toi. Et chez toi tu les entasses en piles vertigineuses de part et d'autre de ton ordinateur, de ton bureau ou de ton frigo (selon que tu vis dans un appart plus ou moins grand ou un studio).
Et puis de temps en temps elles se mélangent.

J'avais choisi dans mon organisation quatre-quarts à quatre couleurs, d'utiliser des pochettes "coin" pour ramasser en partant toutes mes feuilles, copies, évaluations, et tous les petits papiers et documents qui restent en fin de journée, mais ça a un effet pervers : on y entasse plein de trucs et finalement le tri ne se fait pas. Peut-être que ne pas avoir de pochette-coin à usage "vide-poche" m'aurait forcée à un tri avant de quitter les classes : les polys en trop dans la pochette plastique où j'ai mis mon original, les dessins d'élèves à la fin du classeur pour les afficher ou les ranger chez moi, les notes d'info des collègues dans mon cahier-journal pour pas les perdre, et les évals, seules, dans une pochette ou une chemise.

Tu passes de classe en classe, avec ta trousse tes cahiers et tes feuilles, et tu dois tout ramasser en fin de journée. Alors le soir tu ranges tout et soudain tu te demandes : "mais ce stylo rouge, là, il était dans le pot de la maîtresse sur le bureau, ou bien c'est le mien?"
Et dans le doute tu le laisses dans la classe, ce qui fait qu'à la fin de la première semaine tu dois racheter tous tes stylos.
Ou alors (selon ta personnalité) dans le doute tu l'empoches, sans savoir qu'il est à la petite Chloé du premier rang et que tu lui as emprunté pour corriger les cahiers tout à l'heure.

 

 

Un point positif : partager entre les écoles
Passer de classe en classe et d'école en école permet de faire passer du matériel d'un endroit à l'autre. Emprunter un support bien fait, un DVD, un poster... pour en faire profiter une autre école pendant une séance, mais sans oublier à chaque fois quelle était l'école d'origine. Prêter une balance Roberval d'une école à l'autre, ou une série d'albums, ou des planchettes à pinces pour servir d'écritoire lors d'une sortie, ...
On peut aussi "mutualiser" les élèves. Soit dans le cadre d'un projet de classe, faire correspondre les élèves d'une classe avec ceux de l'autre, soit tout simplement réaliser de temps en temps des échanges (un défi maths ou un défi lecture par exemple) qui donnent un intérêt aux activités menées en classe (on montrera notre compte-rendu à la classe de XXX et ils nous montreront le leur).

 

Conseils perso :

  • Faire étiqueter les stylos et le matériel de la classe par la titulaire. Etiqueter le sien aussi. Aucune honte : c'est pas par radinerie, c'est pour s'y retrouver.
  • Mettre son prénom et son nom sur ses manuels, mettre le nom de l'école sur les manuels qu'on y emprunte (au crayon en première page). Et commencer à tout rapporter dans les écoles un mois avant la fin des classes.
  • Repérer dans quelles écoles on rend les évaluations au fur et à mesure du trimestre (= pas toutes ensemble en fin de trimestre ou de période), et en profiter pour se délester : ça fera ça en moins à la maison.
  • Tester plusieurs façons de s'organiser à la maison ou dans sa voiture pour avoir toujours le matériel à portée de main sans faire des tas de transvasements matin et soir.

Autre conseil:

  • Ne pas avoir de complexes à se servir du matériel de la classe : les stylos rouges de l'école c'est aussi pour la quart-temps, la colle aussi, le scotch aussi. C'est pas parce qu'on "n'habite pas" ici de façon fixe qu'on n'a pas des droits. On n'a pas à se conduire en invité(e). Au début je n'osais pas déranger, me servir dans les feuilles de papier calque, utiliser les feutres, le papier à affiches. Il m'a fallu plus d'un trimestre pour que j'arrête de me freiner bêtement. En y réfléchissant ça paraît idiot, mais inconsciemment j'étais pas chez moi alors j'osais pas. Pfffh....

 

 

Gribouillé par titane à 21:01 - sur le terrain - 2 commentaires / contributions - Url [#]
Mots-clé associés: ,
Et si t'as des amis qui touitent ou qui fessent les boucs, tu peux partager la bonne parole. Ou créer un beuze.

Commentaires, questions et autres participations

    Autre conseil kivoskivo

    Et si vraiment elle est trop pénible, remplacer le stylo noir de la titulaire par le même, mais en panne...

    Griffonné par Céline69, 10 juin 2008 à 14:04
  • Merci Celine, je tâcherai de m'en souvenir (niark niark)
    C'est vrai que des fois c'est tentant. Au début de l'année j'avais toujours le complexe de l'invitée : je voulais toujours tout laisser en ordre, propre et rangé, en partant. Et puis au bout de plusieurs fois à trouver le tableau plein de trucs (écrits, aimantés etc), le bureau encombré de cahiers à corriger, de bricoles, de biscuits et tasses de thé presque vides, ... Eh ben ça m'a un peu calmée. Alors après j'étais beaucoup moins complexée quand je laissais la classe un peu moins clean.
    Mais quand même j'ai jamais osé laisser des trucs pas rangés exprès, ou faire des crasses comme ça. Mais peut-être que s'il y avait eu de gros conflits, j'aurais tenté.

    Griffonné par titane, 11 juin 2008 à 08:18

Griffonner un commentaire, poser une question, nourrir mon blog